Guide du débutant: la Règle 50 appliquée au tir à l’arc pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020

13 janvier 2020
Lausanne, Switzerland
Il existe des restrictions sur le type, la taille et le nombre de logos apparaissant sur l’équipement utilisé aux Jeux Olympiques.

La Règle 50 est un nom triste et très officiel pour nommer les restrictions en ce qui concerne la publicité sur les sites de compétition aux Jeux Olympiques.

Dans le monde du tir à l’arc, il est souvent supposé – à tort – que cette règle vise principalement les logos sur le matériel. Mais, en fait, ce sont des objets comme les arcs et les flèches qui font partie des rares éléments largement exemptés de la restriction.

La règle 50 fait partie de la Charte olympique. Elle stipule que “aucune forme d’annonce publicitaire ou autre publicité ne sera admise dans et au-dessus des stades, des enceintes et autres lieux de compétition” à l’exception de la marque olympique.

C’est pour cela que, alors que lors des événements de World Archery l’on verra de la publicité pour Hyundai et d’autres sponsors majeurs, il n’y a pas de logos de marques dans les arènes olympiques. Les Jeux ont des partenaires commerciaux, mais en raison de la Règle 50, ceux-ci ne sont pas autorisés à avoir de publicité sur les sites. Au lieu de cela, l’image de marque est presque exclusivement basée autour des anneaux olympiques.

Cela signifie que les entreprises impliquées dans l’organisation des Jeux doivent faire preuve de créativité pour tirer parti de leur relation en tant que sponsors.

Il existe un texte d’application de la Règle 50 qui en exempte l’identification de la marque du fabricant sur les vêtements et les équipements sportifs tant qu’elle n’est pas “marquée de manière ostensible à des fins publicitaires”.

World Archery et le Comité International Olympique publient ainsi un ensemble de directives sur les tailles de logos autorisées sur l’équipement de tir à l’arc. Ces directives spécifiques au tir à l’arc s’ajoutent aux directives générales de la Règle 50.

les logos d’équipement

L’équipement utilisé lors des Jeux Olympiques doit être en vente au détail six mois au moins avant le début des Jeux, et l’image de la marque doit être semblable à ce que le public peut acheter.

En termes simples, un fabricant ne peut pas ajouter de logos supplémentaires ou différents sur un arc apporté à Tokyo 2020.

Sur les arcs, les accessoires d’arc et les flèches, la règle dit simplement que la marque ne doit pas être utilisée “de manière ostensible à des fins publicitaires”. Il est généralement admis que la règle standard pour les vêtements – une taille maximale de 30 cm2 – explique ce qui convient.

L’image de marque de l’équipe nationale est également autorisée sur les carquois, les flèches, les protège-bras et les plastrons, et les équipes peuvent utiliser le logo de Tokyo 2020. Les entreprises n’y sont elles pas autorisées.

Une restriction sur la taille du nom d’un athlète sur son carquois a été introduite pour les prochains Jeux. Sur le carquois lui-même, la hauteur maximale des lettres est de 38 mm et sur la ceinture de 18 mm, tandis que les lettres doivent être en caractères romains.

Les équipes olympiques utilisent des uniformes fournis par leurs Comités Nationaux Olympiques, qui ne peuvent présenter que la marque du fabricant avec des restrictions de taille approuvées par le biais d’une procédure officielle.

Tout cela peut sembler assez restrictif par rapport aux événements internationaux de tir à l’arc, mais en fin de compte, le son logo d’un fabricant de tir à l’arc recevra plus de visibilité dans un site olympique que les principaux sponsors des Jeux. Et ce alors que ces derniers ont dépensé plusieurs millions de dollars.

La Marque olympique

L’association avec la marque olympique est très appréciée et coûte beaucoup d’argent aux grandes entreprises. Étant donné que ces entreprises ne peuvent pas mettre de logos dans les arènes, où elles seraient vues à la télévision, elles doivent tirer parti de leur connexion avec les Jeux de manière plus innovante.

C’est cela que l’utilisation de la marque olympique par des non-sponsors est très limitée.

Les entreprises qui ne parrainent pas les Jeux – encore une fois, cela coûte très cher – ne peuvent utiliser le logo, le nom ou l’association dans aucune publicité planifiée. Les marques peuvent cependant faire du contenu d’encouragements ou de félicitations en dehors des jours de compétition.

Cela demande des efforts, mais en y réfléchissant bien, les sociétés de tir à l’arc peuvent maximiser les opportunités offertes par les Jeux.

(L’utilisation éditoriale de l’identité olympique est couverte par un ensemble différent de règles, c’est pourquoi les journaux et les chaînes de télévision peuvent utiliser le logo de Tokyo 2020.)

Les droits des athlètes

Un set supplémentaire de lignes directrices pour les athlètes a été publié avant Tokyo 2020 afin de leur permettre de mieux tirer parti de leurs propres sponsors commerciaux.

Les compétiteurs peuvent mentionner une marque dans un article sur les réseaux sociaux tant que le message ne suggère pas que l’équipement “améliore les performances du participant”, ajoute une approbation personnelle ou suggère un lien commercial entre l’entreprise et les Jeux.

La Règle 50 stipule également que les athlètes (et toute autre personne sur un site, y compris les spectateurs) ne peuvent pas faire de manifestations, politiques ou autres, sur les sites olympiques afin de garder toute l’attention sur la compétition.

Il n’y a aucune restriction quant à la liberté d’expression lors des interviews en zone mixte.

Conséquences en cas de violation de la Règle 50

À chaque édition des Jeux Olympiques, un groupe de personnes est désigné dont le travail consiste à protéger la marque olympique, à surveiller à l’intérieur des sites, les flux télévisés et les médias sociaux pour s’assurer que la Règle 50 est respectée.

Dans le premier cas, les logos non conformes sont simplement masqués, en général avec du ruban adhésif. Des transgressions plus graves (et présumées persistantes) pourraient être poursuivies par le biais des Comités Nationaux Olympiques ou par une action en justice.

Mais il est important de garder en mémoire l’objectif de la Règle 50.

Les restrictions concernant les marques lors des Jeux Olympiques ont pour but de maintenir une identité visuelle claire pour Tokyo 2020 et de garder l’accent sur les athlètes et la compétition.

Les sponsors de World Archery peuvent contacter le responsable des événements et du marketing Thomas Aubert pour des conseils supplémentaires concernant la Règle 50.